19100, BRIVE-LA-GAILLARDE, FRANCE
+1234567890
info@yourmail.com

aVie Sante : Un réseau médical qui prend du poids

Coaching Médical

aVie Sante : Un réseau médical qui prend du poids

avie-sante

aVie Sante : Un réseau médical qui prend du poids

Le docteur Jean-Philippe Courtade, président de l’IFCPMV (Institut français de recherche sur la condition physique et le mode de vie), vient de créer le réseau de pratique médicale aVie-Sante , afin d’étendre en Limousin et en Au­vergne les programmes destinés à combattre l’obésité adulte et infantile, développés au sein de l’association ANSEM, depuis 1996, et basés sur le mariage d’activité sportives et d’un suivi médical.

La pratique d’une activité physique est un élément primordial pour la santé, un outil thérapeutique sous-uti­lisé. Le docteur Jean-Philippe Courtade a d’abord appliqué cette conviction sur des pa­tients isolés, puis au sein de l’ANSEM, Association nationale sport et médecine, créée en 1996.

Sur la demande de la Caisse régionale d’assurance maladie centre ouest, une an­tenne a été créée à Limoges et en 1999, à Brive, la dé­marche s’est étendue à l’obé­sité infantile, à travers le pro­gramme « Roller kid ».

En 2002, Jean-Philippe Cour­tade crée l’IFCPMV, institut français de recherche sur la condition physique et le mode de vie, afin d’unifier tes diffé­rentes initiatives et de les pro­mouvoir auprès d’autres pro­fessionnels. Il a pour but de mettre en place un dispositif d’approche globale et pluridis­ciplinaire pour prendre en charge les maladies chro­niques.

Sa première action est axée sur les obésités adultes et infantiles à travers le réseau médical « aVIE-santé », sous-ti­tré « thérapeutique par le mode de vie ».

Ce réseau a vu le jour, en septembre 2002, pour étendre l’action de l’ANSEM en Limou­sin et Auvergne, en apportant conseils aux médecins libé­raux : 28 médecins y adhérents en Limousin, dont la moitié en Corrèze, plus quelques-uns de Bordeaux, de Toulouse, de Saint-Etienne…

Il propose des formations à l’évaluation et à l’approche du mode de vie et du patient, des livrets qui permettent de prati­quer des bilans individuels de mode de vie, des forums de discussions professionnel sur le site Internet et bien sûr les deux ‘programmes de traite­ment d’obésité « Forza Personna » pour adultes et « Roller kid » qui se sont développés au sein de l’ANSEM.

 

avie-santé

CONTRAT D’OBJECTIFS AVIE-SANTE

Sur l’idée de « faire bouger les gens dans leur quotidien », ces programmes incitent à une pratique de sports de loisirs, quatre à cinq fois par semaine : pour les adultes, des marches allant progressivement vers du jogging ; pour les enfants, roller et piscine.

Ces activités sont accompagnées d’un suivi hebdomadaire par des profession­nels : le médecin coordinateur, Jean-Philippe Courtade, une diététicienne, une psychologue, et le médecin généraliste du patient. « On établit un contrat d’objectifs nutritionnels, pondé­raux et physiques au début du programme, pour chaque pa­tient, explique Jean-Philippe Courtade.

Chaque intervenant travaille ensuite sur les objectifs fixés. On ne propose pas de régime, mais une démarche ali­mentaire. Au bout de six mois, les personnes qui souhaitent continuer ne sont en général plus suivies médicalement, mais poursuivent les activités physiques».

« L’échec de l’obésité pro­vient en général de la reprise du poids après le traitement, comme pour les régimes qui ne travaillent pas à long terme, poursuit le docteur; Les per­sonnes qui suivent les activités dé l’ANSEM depuis plus de cinq ans, ont maintenu leur perte de poids ».

Pour étendre, le réseau « aVIE-sante », Jean-Philippe Courtade ne souhaite plus créer d’autres antennes de l’ANSEM, mais plutôt travailler avec des clubs existants d’acti­vités physiques de loisirs, en formant leurs éducateurs aux méthodes spécifiques : « Ils fonctionneront avec nous sui­vant un cahier de charges strict, précise Jean-Philippe Courtade. Créer des antennes ANSEM devient trop lourd ».

L’URCAM, union régionale des caisses d’allocations mala­dies, du Limousin aide au fi­nancement de la mise en place du dispositif, mais il n’existe pas, actuellement, de prise en charge des frais des patients… Ce que souhaite à terme obte­nir Jean-Philippe Courtade, qui a déjà établi une convention avec le Conseil général pour que les bénéficiaires du RMI y accèdent : « pour que ce ne soit pas une démarche éli­tiste ».

Ch. M.

(1 Renseignements à l’IFCPMV, 4bis, rue Jules-Vialle à Brive, 05.55.18.91.76, ou sur les diffé­rents sites Internet : http//www.ifcpmv.org ; http://avie-sante.org;

A voir